30 mars 2008

Macarons au chocolat


1 an
que je voulais faire des macarons
6 mois que je collecte dans mon dossier "macaron" toutes les recettes pour me dire que c'est possible.
15 jours que je me prépare psychologiquement.
1 semaine que j'ai officiellement décidé d'en faire grâce à Marion et ses précieux conseils et encouragements chaleureux.
3 jours que j'ai acheté les derniers ingrédients et ustensiles qui me paraissent incontournables (typiquement la poche à douille).
2 heures en cuisine samedi 29 mars car j'ai sauté le pas. Ça y est, j'ai fait les premiers macarons de ma vie et je confirme, ce ne sera pas les derniers.

Spéciales dédicaces à
Un très grand merci à Marion qui m'a accompagné dans la période de doute et rassuré sur tout un tas de détails qui me paraissaient insurmontables. Pour toi, cette photo de saison ; macaron et tulipe. Je garde un super souvenir de nos échanges un samedi matin en train de macaroner chacune dans sa cuisine, moi la débutante et toi avec tes astuces de celles qui en a vu d'autres.


Merci aussi pour ce magnifique site de la bouche pleine , c'est là que j'ai trouvé la recette qui m'a paru la plus claire, simple, accessible, bref, qui m'a permis aussi d'y aller. J'ai adoré les étapes photos, c'est rassurant de voir que ce que l'on prépare ressemble à la photo donc tout va bien, pas de stress, pas de panique (heu, enfin presque pas).


Merci à tous ceux qui ont mis des pages sur les macarons . Voici donc la liste des liens que j'ai le plus consultés, je ne peux que vous conseiller d'aller voir
ici, ici, ici, ici, ici et puis ici(merveille des merveilles !).



Pour être très précise et surtout pour bien me rappeler de ce que j'ai fait, voici la liste des ingrédients pour une vingtaine de macarons :

  • 3 blancs d'œufs
  • 125 g d'amandes en poudre
  • 220 g de sucre glace
  • 30 g de sucre en poudre
  • 1 càs de cacao en poudre
  • un pincée de sel et quelques gouttes de jus de citron

Pour la ganache, la recette est ici mais mes ingrédients sont là :
  • 75g de chocolat noir à 70%
  • 15cl de crème liquide entière
  • 10g de beurre

Et maintenant, l'aventure et les péripéties :

- Mixage : je n'ai pas fait durer cette étape assez longtemps. Mes macarons ont un petit côté granuleux. La prochaine fois je prendrais plus de temps pour cela. Mais après tout, comme dit Marion, on s'en fout !!

- Blancs en neige : ma légendaire expérience en pâtisserie fait que j'ai toujours de fortes craintes dès lors qu'il faut monter des blancs en neige (généralement, le mot ferme est un concept). Ce jour là, l'ange de la patoche était avec moi, oeufs fermes au top, Yes ! première victoire.

- Cacao : damned, j'ai pas pesé, mesuré, vérifié quand mettre le cacao, alors, pifomètre, j'ouvre la boite pendant que mes blancs sont montés (imaginez le stress total, j'observais mes œufs en me disant ça va tomber, ça va tomber..), j'ouvre la boite, j'enfourne une cuillère à soupe et hop, sur les blancs. Je reprends mon super batteur et un petit coup pour bien mélanger. Confiance, confiance, tout cela va se tenir. Et bien oui, ça tient. Deuxième victoire... ouf.

- Macaroner : mélanger les poudres et les blancs m'a semblé le moment le plus délicat. Je me suis arrêtée totalement au feeling avec une pâte pas vraiment lisse mais plus plutôt épaisse. Je mélangerais un peu plus longtemps la prochaine fois.

- Poche à douille : acheté la veille, j'ai donc découvert cet instrument magique. Pour ne pas me laisser déborder par les deux côtés obscurs de cet instrument diabolique, j'ai fermé l'ouverture avec une bonne pince après l'avoir remplie. J'ai donc pu me concentrer sur ma plaque au lieu de penser à vérifier que la préparation ne s'étalait pas sur ma main. Dans le lot des embouts que j'ai acheté, évidemment, aucun qui ne va pour une pâte macaron (soit trop fin, soit cranté), bilan j'ai viré l'embout (si, si !) et je suis arrivée à faire des tas à peu près corrects. Ouf, je l'ai échappé belle.

- Colorant : après coup, j'ai lu que pour arriver à donner une belle couleur marron, beaucoup utilise les colorants. J'en avais acheté mais je ne les ai pas utilisé . Le cacao a suffit à donner une couleur chocolat qui me satisfait tout à fait.

- Croutage : 4 heures.

- Cuisson : grand moment ! 145° pendant 17mn. J'ai jamais autant regardé mon four de ma vie. Le truc incroyable c'est que j'ai enfourné mes trois plaques de macarons en même temps et que tout a cuit sans aucun problème. Mon four est à chaleur tournante avec une grande capacité. C'est sans doute grâce à ça. Marion après coup m'a quand même averti que cet exercice était périlleux. Je suis passé à deux doigts de l'erreur monumentale mais yep, les macarons cuisent, montent, collerettent même ! c'est beau la cuisine.

- Démoulage : comme d'habitude mon énorme défaut ne jamais attendre assez. L'eau sous la plaque du léche-frite c'est l'idéal, l'eau vaporisé sur le plan de travail, c'est moins bien. En fait, la prochaine fois, je cuirais 20mn et je patienterais vraiment quelques minutes. Malgré tout, ils se sont décollés avec une gentille spatule.

- Suite et fin : J'ai mis la ganache alors qu'ils commençaient à tiédir (sinon, elle fond !! ) et au frigo dans une boite hermétique jusqu'à dimanche. Verdict familial : c'est trop bon !
Dire qu'il n'y en a déjà presque plus. Comment faire ? Vite, liste de course, acheter de la poudre d'amandes...... Argh !!! j'aime trop ça.

et puis voilà encore quelques photos !

29 mars 2008

L'oeuf en barquette

Rien d'extraordinaire mais juste une envie de tester mes moules en silicone en forme de barquette que je n'avais encore jamais utilisé. Point de sucré ici, j'ai préféré aller me faire cuire un œuf !


Cela donne quelque chose de très fun, genre, l'œil de Moscou. Dessous, une cuillère de ratatouille maison et hop, on a la totale dans l'assiette.
Une astuce malgré tout. Le moule à barquette est peu profond donc si vous cassez votre œuf dedans, gare aux débordements.
Séparez dans deux bols, le jaune et le blanc d'autre part.
Mettez le jaune dans le moule et faites couler délicatement le blanc autour. Arretez quand le moule est plein. Avec le doigt déplacer le jaune pour qu'il soit bien centré. Le blanc va prendre sa place tout autour et laisser ainsi le jaune bien en position. Salez et poivrez.

Mettez à cuire T°180 et SURVEILLEZ, cela va vite seulement quelques minutes, dès que le blanc est cuit, sortez et servez sur une cuillère de ratatouille déjà chaude. Rigolo non ?
Bon pour cause de téléphone qui sonne au mauvais moment, j'ai laissé un peu cuire le mien comme vous pouvez le voir sur la photo. Pas grave, c'était bon quand même.

25 mars 2008

Rose des sables presque au pandan

Marion, l'inénarrable blogueuse d'"Il en faut peu ...", est une fée ! si, si ! non seulement elle réalise des recettes incroyables, étonnantes, imaginatives mais en plus, elle vous rassure et vous fait croire que même vous, simple blogueuse du dimanche vous pouvez faire comme elle.
Bref, j'suis fan , j'avoue, c'est un blog que je recommande chaudement, le style, les photos, les parcours gastronomiques valent toujours le détour.
Sa dernière incroyable réalisation est ici ! une vraie fée des Marais ! elle fait des trucs verts improbables et en plus elle a pleins d'idées à la con, et ça j'adore. Alors quand elle lance son jeu totalement allumé, je ne peux pas résister (même si j'ai dit que j'aimais pas trop les jeux!). Alors voilà, disons que je dédie cette recette au Pandan, que je ne connais pas, que je n'ai jamais vu mais qui excite le côté vert obscur de ma cuisine. Je vais donc la jouer dans les règles de l'art :
1. vert
2. Schreck
3. Panda

Ça y est je peux participer Marion, j'ai répondu aux questions extrêmement terribles et sournoises que tu nous imposes !!!!!

Rose des sables presque au Pandan

Cette recette est toute simple mais avec le Pandan, vous étonnerez tous vos amis. Et oui, les roses des sables c'est une magnifique construction de céréales enrobées de chocolat noir et avec le Pandan, vous aurez l'option en vert!


  • 240g de céréales aux pétales de maïs (ici des Special K aux fruits rouges)
  • 75g de chocolat noir
  • 75g de sucre glace
  • 1 càs de poudre d'extrait de Pandan

Séparer les céréales dans deux bols.
Faites fondre le chocolat au bain marie.
Dans le premier saladier, rajouter 25g de sucre glace et le chocolat. Enrobez le tout délicatement pour que toutes les céréales soient enduites de chocolat. Réservez.

Mélangez le Pandan avec 50g de sucre glace et rajoutez une cuillère à soupe d'eau tiède. Le mélange ne doit pas être trop liquide pour pouvoir bien enrober les céréales. Si le vert vous saute à la figure et vous dit "CROA!!!", c'est bon signe.
Mélangez aux céréales du deuxième saladier, toujours délicatement pour que toutes les céréales soient enrobées.

Formez des petits tas dans des moules en papier ou sur du papier sulfurisé pour que l'harmonie des deux couleurs soit parfaite : une petite cuillère de noir, une petite cuillère de vert....
Laissez reposez au frigo 2 heures avant de déguster.

Rien à dire, le Pandan, c'est vert et c'est bon (enfin, je crois ?).

Une photo pour vous montrer quand même que c'est possible ??? Bon, en effet, mes céréales vertes sont en modèles réduits, mais c'est un problème d'objectif de mon nouvel appareil photo, j'vous jure que la prochaine fois, je prendrais le mode macro.




et le bouquet final option tous en scène ça donne un truc comme ça :

18 mars 2008

Tarte aux poireaux et amandes

Aussi surprenant que cela puisse paraître, je fais très souvent des quiches avec poireaux, lardons...ici j'ai voulu changer et bien m'en a pris. Pas de lardons, mais des poireaux (pleins), de la poudre d'amandes et des graines de pavot. Le résultat a été bien au dessus de mes attentes. Pas une miette de rab !!!!


  • 1 pâte brisée
  • 100g de gruyère
  • 3 œufs
  • 10cl de crème fraîche liquide
  • 2 càs de graines de pavot
  • 3 gros poireaux
  • 3 càs d'amandes en poudre
  • beurre
  • sel/poivre
  • 1 four
  • 1 cuisine fonctionnelle
  • 1 poubelle pour les épluchures
  • 1 verre de vin pour l'apéro..

Préchauffez le four T°180. Etalez la pâte et piquez là à la fourchette. Coupez les poireaux en petits morceaux et faites les revenir dans un peu de beurre pour qu'ils suent bien (environ 5mn à feu vif tout en remuant).
Battez au fouet les œufs pour qu'ils moussent un peu. Rajoutez la crème, le gruyère, la poudre d'amande, le pavot et le gruyère. Mettre ensuite les poireaux tièdes dans cette préparation, étalez le tout sur la pâte et enfournez pour 30mn environ.
Je confirme que le mariage amande poireau est vraiment sympa.

12 mars 2008

Cake aux olives et saucisson à l'ail

Je dédies ce message à celles qui sont à domicile pour des raisons par toujours fun; Voili, Marj, Copine... Je pense à vous et j'espère que ce cake bourré de soleil vous mettra l'eau à la bouche et vous donnera le sourire.


Les cakes ce n'est vraiment pas compliqué. On dit à tort tronches de cake ou comme insulte suprême "espèce de cake" version marseillaise, et bien c'est pas bien ! Le cake ne mérite pas ça. Il est beau, il est gonflé, il a de l'allure et en plus il est bon.

  • 180g de farine
  • 1 sachet de levure
  • 3 œufs
  • 100g de gruyère râpé
  • 10cl d'huile d'olive
  • 10cl de lait
  • une saucisson à l'ail
  • 10 olives noires dénoyautées
  • 1 sachet de colorant alimentaire espagnol ou du Spigol


Préchauffez le four T°180. Enlevez la peau qui entoure le saucisson, coupez le en dés. Hachez grossièrement les olives.
Mélangez la levure et la farine. Dans un autre saladier, battez les oeufs avec l'huile et le lait. Salez et poivrez. Incorporez la préparation à la farine délicatement. Rajoutez le saucisson, les olives, le gruyère. Mélangez bien et mettez dans un moule à cake préalablement beurré. Au four pendant 50mn et c'est parfait chaud, tiède ou froid.

Voilà le résultat à l'intérieur, le colorant vous donne une idée du soleil qui se cache bien en ce moment dans notre région!!!


A bientôt les filles.

Duos de poissons au brocoli et graines d'orge

Une recette rapide avec des ingrédients que je cuisine peu, voir pas du tout ; le brocoli et l'orge.
L'orge ressemble aux grains de blé, c'est tout simple, facile à préparer et bon.




J'ai associé ici le saumon et le loup (vive les promos sur le poisson). Pour les quantités, ça va pas être facile, tout cela est un peu à la louche.

  • 2 pavés de saumon
  • 1 filet de loup (épais de préférence)
  • 200g de brocoli
  • 1 verre d'orge
  • beurre, farine et lait (pour une béchamel)
  • 1/2 citron
  • 1 càs de cerfeuil frais

Faites cuire l'orge selon les indications. Faites cuire le brocoli 5mn à la vapeur. Détachez les bouquets et réservez.
Coupez le poisson en dés d'environ 1.5cm. Faites les revenir 2mn sur feu vif avec un peu d'huile d'olive. Réservez.
Préparez votre béchamel. Alors là j'ai du mal à vous donner les quantités. Je fais toujours mes béchamel au pif, je n'ai jamais eu de problème et aucun grumeau. Bref, le truc inratable pour moi, si, si, c'est possible. Je rajoute une fois que la béchamel est prête et hors du feu 1/2 jus de citron et mon cerfeuil haché finement.
Je dépose dans des ramequins, une couche de brocoli, une couche d'orge, du poisson et je recouvre de béchamel. Au four T°180 pendant 15mn et hop, c'est terminé.

8 mars 2008

Sauté de fenouil et saucisse à l'ail

Attention : bonne recette de terroir à l'horizon. Fuyez brave gens si l'idée de manger du fenouil et de la saucisse vous fait pâlir. Si cette recette d'hiver vous inquiète car pour la période estivale approche avec la question qui donne des sueurs froides : "vais-je encore rentrer dans mon maillot ?" un bon conseil, enlever vos chaussettes d'hiver pour essayer vos maillots car l'association des deux donne un effet désastreux pour le moral.


Revenons à ce légume que je cuisine depuis peu, janvier 2008 pour être très honnête. Je n'aimais pas du tout le fenouil (très mauvais souvenirs de ce légume qui m'a été servi bouillie durant plusieurs jours, bouark, bouark et pouah!). On oublie cela et on passe à une préparation digne de ce nom.

  • 3 bulbes de fenouil (j'adore le mot Bulbe, c'est rond et ça sonne bien)
  • 1 saucisse à l'ail à cuire
  • beurre
  • 20cl de vin blanc sec
  • 1/2 bouillon cube

Enlevez les parties dures du bulbes et coupez grossièrement le fenouil.
Epluchez la saucisse en enlevant l'enveloppe qui n'apporte rien et coupez en petits morceaux. Faites revenir dans une poêle avec du beurre le fenouil avec le bouillon cube à sec.
Rajoutez au bout de 5mn le vin, sel et poivre. Laissez cuire à feu doux durant 30mn environ jusqu'à ce que tout le liquide soit évaporé.
Terminez la cuisson à feu vif pour faire caraméliser le fenouil. Sur la photo il me restait deux patates cuites que j'ai rajouté à la fin mais vous faites un peu comme vous voulez, c'est t'y pas cool ça !
C'est devenu une recette que j'adore, avec ou sans saucisse d'ailleurs, le fenouil cuit comme cela est tout simplement délicieux, dire que j'ai pu vivre 38 ans sans connaître ce plaisir !